Le premier message de blog me fait l'effet de "l'angoisse de la page blanche" de l'écrivain. Les même questions reviennent à chaque fois "Vais-je dire un truc interessant 5 minutes?", "Quelqu'un va-t-il me lire un jour?", "Est ce que sur la durée je vais tenir et écrire régulièrement?". Je suis toujours admiratives des propriètaires de blogs animés et vivant, j'ai l'impression qu'avec trois bouts de ficelles ils ont réussi à construire une attraction enivrante où l'on se presse et dont on se refile l'adresse entre amis proches.

  Je me demande alors comment j'en suis venue à écrire une nouvelle érotique... Un peu un pari entre copine, un peu une tentation qui refait surface avec les beaux jours... Il m'apparait en fait que la plupart de nos situations quotidiennes offrent un contexte tout à fait propice à basculer vers une histoire bien plus palpitante. C'est pourquoi à partir de ces petits moments particulièrement communs je m'offre parfois une variante coquine ou bien juste palpitante à mon sens.

Y serez-vous sensibles?